Atelier d’écriture du 9 novembre 2013 : hommage à NaNoWriMo !

 

Novembre, c’est le mois des frimas et de NaNoWriMo, ou <a href=”http://nanowrimo.uservoice.com/knowledgebase/articles/161061-nano-in-a-nutshell”&gt; National Novel Writing Month</a>, un défi entre amis qui a pris une ampleur mondiale, débouchant sur la création de communautés locales, dont les membres visent à écrire 50 000 mots (soit 200 feuillets) en 30 jours. Il y a des marathons d’écriture, des séances d’écriture dans des cafés, et beaucoup de discours motivants pour requinquer le moral des participants. 

Le samedi 9 novembre eut lieu un marathon d’écriture pour les courageux qui avaient décidé de relever le défi.

Dans notre atelier, nous n’avons pas essayé d’écrire 200 feuillets d’un coup, mais nous avons écrit chacun une histoire avec un début, un milieu et une fin.

1 — déclencheurs d’écriture : j’avais préparé des bouts de papier pour trois catégories d’éléments indispensables : les personnages, l’époque et le lieu.L’âge et l sexe des personnages était déjà indiqué : un petit garçon, une petite fille / un adolescent, une adolescente / un homme, une femme / un vieil homme, une vieille femme ; certains champs étaient cependant laissés vides (ce qu’il/elle veut, craint, aime, n’aime pas) pour que les participants les remplissent. Ils devaient également choisir le lieu et l’époque. De “2 heures du matin à la mi-novembre” et “ici, à Sarrebruck” jusqu’à “une maison de berger dans les montagnes”, “au début du 20ème siècle”, nous avons eu toute une gamme de propositions. Ensuite, nous avons mélangé les papiers et laissé chacun tirer au hasard un personnage, un lieu et une époque. Le but du jeu était que chacun écrive une histoire avec ces éléments…

2 – Début : l’exposition. À la fin de l’exposition, le personnage avait obtenu ce qu’il/elle voulait. Oui, c’était fait exprès.

3 – Milieu : … mais obtenir ce qu’ils voulaient menait à la réalisation de leur pire crainte (ah ah !). À la fin du milieu, le personnage était dans la pire panade imaginable.

4 – Fin : et enfin, il s’agissait de trouver la résolution.

Nous nous sommes tous bien amusés avec les déclencheurs. Le problème n’a pas été de trouver l’inspiration, mais de faire terminer tout le monde en temps et en heure ! En fin de compte, chacun d’entre nous a fait une histoire complète.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s